« La Guerre du Péloponnèse » de Thucydide

La guerre du Péloponnèse de ThucydideChercher les causes, rapporter les faits de la manière la plus objective et rendre service aux générations à venir : tel était le but de Thucydide quand il écrivit son Histoire de la guerre du Péloponnèse.

Thucydide est né d’une famille aristocratique de en Thrace vers 460 av. J.-C. Il est élu stratège en 424 mais doit s’exiler après la chute d’Amphipolis. C’est pendant cet exil qu’il rédige son unique ouvrage, La Guerre du Péloponnèse. Cette guerre a opposé les cités de Sparte et Athènes de 431 à 401. Ce récit ne couvre pas toute la durée du conflit, il s’arrête en 411. La fin de la guerre est connue par un autre historien grec, Xénophon, auteur des Helléniques. Toute sa vie Thucydide demeure attaché à la démocratie. Il meurt vers 395.

Thucydide se veut objectif, impartial

Dans l’introduction de La Guerre du Péloponnèse, intitulée Archéologie, Thucydide expose les origines de la Grèce, les causes de la guerre et, surtout, la méthode historique. Cette dernière consiste en la remise en cause de ce qui est admis. Elle se traduit par quelques expressions significatives. Ainsi, peut-on lire : « Tel était, d’après mes recherches, l’antique état de la Grèce. Car il est difficile d’accorder créance aux documents dans leur ensemble. Les hommes acceptent sans examen les faits du passé. » Thucydide écrit plus loin : « D’après les indices que j’ai signalés, on ne se trompera pas en jugeant les faits tels à peu près que je les ai rapportés. On n’accordera pas la confiance aux poètes, qui amplifient les événements, ni aux Logographes qui, plus pour charmer les oreilles que pour servir la vérité, rassemblent des faits impossibles à vérifier rigoureusement. » Les informations de Thucydide « proviennent des sources les plus sûres et présentent […] une certitude suffisante. » À propos des événements de la guerre, l’auteur n’a « pas jugé bon de les rapporter sur la foi du premier venu, ni d’après [s]on opinion ».

D’après ces quelques extraits, on voit bien que l’objectif de Thucydide est l’objectivité, il veut être impartial. Pour cela, il se veut le plus rigoureux possible. On note aussi que déjà, dans l’esprit de cet historien de l’antiquité, l’histoire n’est pas un savoir acquis mais une vérité en construction, car il existe toujours une part de non-établi.

Thucydide expose ensuite les causes de la guerre. Elles sont de deux ordres : la cause immédiate est l’affrontement entre les Corcyréens, alliés d’Athènes, et les Corinthiens, alliés de Sparte ; la cause profonde est l’impérialisme athénien. Thucydide cherche à déceler les mécanismes cachés du mouvement historique.

Dans le premier chapitre, Thucydide revient sur l’intervention d’Athènes dans la guerre entre Corcyre et Corinthe. Corcyre est une colonie de Corinthe et l’aide apportée à cette colonie par Athènes est une violation de la trêve conclue entre l’alliance de Sparte et celle d’Athènes. Athènes voulait briser tout espoir de Corinthe d’annexer Corcyre en raison de son positionnement stratégique entre la Grèce et l’Italie. Corinthe, accusant Athènes d’avoir violé la trêve et de vouloir asservir la Grèce, trouve l’appui de Sparte.

La guerre est votée en raison des craintes de Sparte qui souhaite contrer la puissance athénienne à laquelle elle n’a pas su s’opposer auparavant. La formation de l’empire athénien est donc la conséquence de la défaillance spartiate et la guerre constitue un moyen de corriger les erreurs politiques de Sparte. Mais la cause profonde n’en reste pas moins l’expansion athénienne, étudiée au chapitre trois, entre 479 et 432 av. J.-C. « La cause véritable, mais non avouée, en fut, à mon avis la puissance à laquelle les Athéniens étaient parvenus et la crainte qu’ils inspiraient aux Lacédémoniens qui contraignirent ceux-ci à la guerre » écrit Thucydide dans son introduction.

Thucydide remonte aux lendemains des guerres médiques, en 478 av. J.-C., quand Athènes rassemble autour d’elle la plupart des cités de la mer Égée au sein d’une alliance militaire : la ligue de Délos. La politique athénienne, dès le début, revêt un caractère impérialiste.

Thucydide, un éducateur politique

Le livre I achevé, Thucydide expose dans les sept suivants, dans l’ordre chronologique, les événements, saison par saison, année par année. L’auteur cherche à relier les événement entre eux car ce qui l’intéresse, c’est la causalité. Mais il le fait de manière objective, rapportant, tel un journaliste, les faits et les discours. Comme lui-même ne prend pas parti, cela oblige le lecteur à se faire, éventuellement, sa propre opinion. Thucydide cherche à développer une faculté de jugement chez son lecteur, faculté qu’il pourra ensuite exercer dans d’autres circonstances. Finalement, Thucydide est en quelque sorte un éducateur politique.

Pour écrire sa Guerre du Péloponnèse, Thucydide a utilisé une information très étendue. Il cite avec exactitude les documents. Par exemple, le texte de la paix de Nicias de 422, qui est gravé dans le marbre, correspond presque mot pour mot à celui de Thucydide. Il se révèle être un maître dans l’art du portrait, expert en récit de batailles et se livre même à des analyses de psychologie collective. Mais surtout, il se livre à une analyse aiguë des causes et des conséquences.

Si Thucydide s’est voulu impartial, cela ne l’a pas empêché une certaine subjectivité : il ne cache pas ses sympathies pour la démocratie. Par exemple, lorsqu’il raconte l’oraison funèbre de Périclès en 431 av. J.-C. en l’honneur des morts de la première année de guerre et qui vante la supériorité de la civilisation athénienne, ce sont ses idées qu’il veut transmettre.

La conception de l’histoire de Thucydide est intéressante. L’histoire, c’est celle des hommes : il n’y a aucune place pour le merveilleux, les dieux en sont exclus. Seule l’intelligence peut éclairer le passé « pour dégager des vérités utiles à méditer ». Thucydide annonce aussi l’histoire politique avec ses dimensions diplomatiques et militaires. Enfin, et il est important de le signaler, Thucydide est le premier historien du temps présent : n’est-il pas contemporain des événements qu’il étudie ? Cela se vérifie quand l’auteur parle de « la longueur de la présente guerre [qui] fut considérable ».

Dans son livre, l’impérialisme athénien devient une force abstraite qui commande le cours de l’histoire. Athènes est animée d’une volonté pure et une : celle de puissance. « Les Athéniens désiraient plus » écrit Thucydide. Entreprendre au-delà de ses forces ne peut que mener à sa propre perte ; l’hybris (la démesure) appelle immanquablement la nemesis (la fatalité). L’œuvre de Thucydide s’adresse donc aussi aux générations à venir : le lecteur a des tâches dans le présent et doit se souvenir. L’histoire devient, dans ce cas, instrument politique et nécessaire à la formation du citoyen.

.

 .

THUCYDIDE, La Guerre du Péloponnèse, Gallimard, 1964, Folio Classiques, 2000, préface de Pierre VIDAL-NAQUET, traduction et édition de Denis ROUSSEL.

.

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s