Une histoire de trois millénaires

L’histoire de l’Égypte des pharaons a duré trois mille ans. Elle voit se succéder trois empires, entrecoupés par des périodes intermédiaires. Puis l’Égypte passe sous domination étrangère avant de constituer une simple province de l’empire romain.
 
L’histoire de l’Égypte antique est tellement longue que les années qui nous séparent de Cléopâtre sont moins nombreuses que celles qui la séparent des pharaons bâtisseurs de pyramides. Comment la civilisation égyptienne est-elle née ?
Le limon, terre fertile
Vers 8000 av. J.-C., la mousson de l’Afrique tropicale se déplaça vers le nord. Les chutes de pluies augmentèrent dans le désert et permirent la formation de lacs saisonniers. Les fouilles archéologiques ont révélé que des villages s’étaient établis près de ces lacs. Mais vers 5000 av. J.-C. la mousson d’été se déplaça vers le sud. La pluie ne tombant plus, les lacs saisonniers s’asséchèrent définitivement. Des populations vivant près de ces lacs furent donc forcées de quitter le désert. Elles se dirigèrent vers l’est, vers le Nil.
En même temps, d’autres peuples s’installèrent sur les rives du Nil. En effet, en raison de la modification climatique, des nomades suivirent les déplacements d’animaux semi domestiques à la recherche de nourriture. Ces nomades qui se sédentarisèrent sur les bords du Nil étaient des Nubiens – ils venaient du sud de l’Égypte – et des Lybiens – originaires de l’ouest. Ces tribus commencèrent à bâtir dès 4500 av. J.-C. environ, des huttes en terre. En outre, ils cultivèrent l’orge et domestiquèrent le bétail. Ce fut aussi le début de la fabrication de céramiques, de poteries et de joailleries dans le cadre de ce qu’on a appelé la « révolution Néolithique ».
Vers 4000 av. J.-C., des poteries décorées, des palettes en formes d’animal pour les produits de beauté et des lames de silex firent leur apparition. Elles étaient l’œuvre des habitants des anciens lacs saisonniers qui avaient migré en direction du Nil. La civilisation égyptienne était en train de naître.
La vallée du Nil mesure 900 kilomètres de long. Cent cinquante kilomètres avant de se jeter dans la mer Méditerranée, le fleuve se divise en un large delta. La particularité du fleuve est le kemi, la Terre noire. C’est le limon noir et fertile déposé par la crue du Nil. C’est grâce à cette Terre noire, qui ne représente pourtant que moins de dix pour cent du territoire égyptien, que les simples nomades dont on a parlé sont devenus les premiers acteurs de la civilisation égyptienne.
On vient de le dire, le kemi ne constitue qu’une très faible partie du territoire de l’Égypte. Le reste est formé par la Terre rouge, ou dashre : le désert. Cette étendue désertique est cependant parsemée de terres cultivables.
Vers 3200, l’unification
Petit à petit, deux royaumes apparurent en Égypte entre 4000 et 3000 av. J.-C. : au nord, dans le delta, la terre des papyrus formait le royaume de Basse-Égypte ; au sud, dans le reste de la vallée du Nil, était née la Haute-Égypte. Ces deux royaumes avaient respectivement pour capitales Bouto et Hiérakonpolis.
Cette dernière était, vers 3500 av. J.-C., l’une des plus importantes villes de la vallée. Elle s’étendait sur plus de trois kilomètres. Ses habitants exerçaient des activités variées : ils étaient artisans, fermiers, potiers ou administrateurs. Au nord de la ville se situait un vaste complexe de boulangeries ainsi que les premières brasseries et des greniers à blé.
De Bouto, la capitale de Basse-Égypte, on sait moins de choses. Elle était située au nord du Caire actuel. Aujourd’hui, ce n’est plus qu’un amas de ruines. Mais les archéologues ont tout de même découvert dans une fosse des poteries datant de 3500 av. J.-C. En les comparant avec celles de Hiérakonpolis, les savants ont constaté qu’elles étaient moins élaborées que celles de Haute-Égypte.
L’existence des deux royaumes prit fin vers 3200 av. J.-C. lorsque la culture de Haute-Égypte se répandit progressivement en Basse-Égypte : les deux entités ne formaient désormais plus qu’un seul royaume. L’unification était faite.
L’Ancien Empire
L’Ancien Empire est précédée par la période thinite, du nom de la ville d’où les rois de cette période sont originaires, Thinis. En 1898 fut découverte la palette de Narmer datant d’environ 3100 av. J.-C. Dédiée au roi Narmer, celui-ci est représenté portant la double couronne de Haute et de Basse-Égypte, le pschent. Il est le premier pharaon de l’Égypte unifiée et fondateur de la Ire dynastie. Narmer fonde une nouvelle capitale, Memphis, afin de consolider le royaume. La Ire dynastie prend fin vers 2850 av. J.-C. La IIe dynastie, elle, prend fin vers 2700 av. J.-C.
Le pharaon Djoser fonde la IIIe dynastie. Avec lui s’ouvre la première grande époque de l’Égypte ancienne, l’Ancien Empire. Dans le domaine politique, Djoser s’illustre notamment dans les raids qu’il lance en Nubie. Mais la vie culturelle n’est pas oubliée : Pharaon protège les arts et encourage le développement des sciences. Djoser meurt vers 2681 av. J.-C. La IIIe dynastie s’achève vers 2644 av. J.-C.
Le premier roi de la dynastie suivante est Snéfrou. Son successeur est Chéops. Ces deux rois sont très actifs en politique étrangère. Leur action permet de fournir l’Égypte en hommes, animaux et métaux. Les autres rois de la dynastie dont on peut retenir le nom sont Chéphren et Mychérinos.
La Ve dynastie, qui s’ouvre avec l’avènement du pharaon Ouserkaf vers 2500 av. J.-C., correspond à l’âge d’or de l’Ancien Empire. C’est à partir de cette époque que les pharaons portent le titre de fils de Rê : les rois de la dynastie sont originaires d’Héliopolis, la ville de Rê. D’ailleurs, le nom de nombreux pharaons de la Ve dynastie se termine par le suffixe –rê. Au cours de cette dynastie, les rois lancent des expéditions dans le Sinaï sans pour autant délaisser la Nubie. Ils bâtissent aussi un remarquable complexe funéraire à Abousir, avec des pyramides et des temples. C’est aussi de cette dynastie que datent les premiers Textes des pyramides : ces incantations et ces formules magiques sont destinées à assurer au défunt son passage dans l’au-delà.
La dernière dynastie de l’Ancien Empire est la VIe. Elle débute vers 2347 av. J.-C. Les principaux pharaons de cette période sont Pépi Ier et Pépi II. C’est sous cette dynastie qu’apparaissent des difficultés qui vont conduire à la chute de l’Ancien Empire. En effet, lors de la dynastie précédente, la famille royale avait délégué son pouvoir à une nouvelle classe de fonctionnaires. Sous la VIe dynastie, ceux-ci organisent eux-mêmes leurs expéditions et leur administration. Ce phénomène fait prendre conscience qu’il est possible de vivre hors d’Égypte et les mentalités évoluent. Les nomes (ou provinces) possèdent leur propre administration. Elles prennent de plus en plus d’indépendance vis-à-vis du pouvoir central. Cette indépendance va contribuer à l’effondrement de l’Empire. En outre, le règne de Pépi II, qui aurait duré quatre vingt quatorze ans, a été par sa longueur un facteur d’immobilisme, et donc d’affaiblissement.
Après la mort du dernier pharaon de la VIe dynastie, les rois se succèdent très rapidement dans un contexte où leur autorité est déjà très affaiblie. « Soixante-dix rois en soixante-dix jours » dit Manéthon à propos des VIIe et VIIIe dynasties. Les gouverneurs des nomes se battent pour accéder au trône. À ces difficultés s’ajoute une période de sécheresse qui mène à la famine.
Tout cela aboutit à la division de l’Égypte en deux royaumes : pour la première fois depuis plus d’un millénaire, la Haute-Égypte et la Basse-Égypte réapparaissent. Deux dynasties règnent en parallèle sur chacun des royaumes. La Xe dynastie est celle de Haute-Égypte, fondée à Hérakléopolis, et la XIe, en Haute-Égypte, a été fondée à Thèbes.
Le Moyen Empire
C’est un pharaon de la XIe dynastie, Montouhotep II, qui réunifie l’Égypte. Il réussit à vaincre ses homologues de la dynastie du Nord et fonde une nouvelle capitale, Thèbes. C’est pourquoi le Nouvel Empire est aussi appelé Premier Empire thébain. On se remet à bâtir, on organise des expéditions en Nubie, l’empire s’agrandit. Montouhotep II meurt vers 2010 av. J.-C. Il est inhumé dans un temple qu’il a fait construire à Deir el-Bahari.
La XIIe dynastie est fondée par Amenemhat, le vizir du dernier pharaon de la dynastie précédente. Le roi le plus marquant de cette dynastie est Sésostris III. Il pacifie définitivement la Nubie et mène des expéditions en Palestine. Il fait édifier des forteresses afin de consolider les frontières. Le dernier souverain de la dynastie est une femme : Sebekneferoufrê est la fille d’Amenemhat III, le successeur de Sésostris III, et la femme d’Amenemhat IV. Sa mort vers 1785 av. J.-C. marque la fin du Moyen Empire.
S’ouvre alors une deuxième période intermédiaire caractérisée par l’invasion d’un peuple asiatique venu de l’est, les Hyksos. Ils fondent vers 1785 av. J.-C. dans le delta du Nil leur capitale à Tanis. La ville est rebaptisée Avaris. Ces Hyksos introduisent des divinités asiatiques en Égypte mais se heurtent à la haine des Égyptiens, attachés à leurs traditions. Les Hyksos pillent la ville de Memphis et fondent vers 1730 av. J.-C., leurs propres dynasties : la XVe est celle des « Grands Hyksos » et la XVIe celle des « Petits Hyksos ».
À cette invasion traumatisante s’ajoute la fondation des XIIIe et XIVe dynasties égyptiennes. Elles sont des éléments déstabilisateurs pour l’Égypte puisque leurs rois règnent parfois parallèlement à la fois dans le nord, le centre et le sud du pays. Mais ces souverains deviennent ensuite les vassaux de la XVe dynastie hyksos.
Enfin, en Nubie, un autre royaume se forme, celui de Kouch. Sa capitale est Kerma et son souverain devient un précieux allié des Hyksos dans la mesure où les rois égyptiens sont pris en étau au nord et au sud.
Car à Thèbes, une nouvelle dynastie est fondée vers 1680 av. J.-C., la XVIIe. Le treizième roi de cette dynastie, Séqénenrê, prend la tête d’une révolte contre les Hyksos. Il meurt au combat mais son fils, Kamosé, reprend la lutte. Il parvient à chasser les Hyksos de Moyenne-Égypte : Memphis est libre. Puis le successeur de Kamosé, Amôsis, fonde la XVIIIe dynastie et réussit à chasser les Hyksos d’Égypte. C’est le troisième pharaon de la dynastie, Thoutmosis Ier, qui écrase les Kouchites en prenant leur capitale, Kerma. Le royaume de Kouch n’est plus qu’une simple province de l’empire égyptien ; l’Égypte est réunifiée.
Le Nouvel Empire
Thoutmosis Ier, mort vers 1520 av. J.-C., est inhumé dans un lieu inédit : la Vallée des Rois. C’est ici que tous les pharaons désormais seront enterrés. Thoutmosis II ne règne pas longtemps et, Thoutmosis III étant trop jeune pour monter sur le trône, c’est sa tante, Hatshepsout, qui règne à partir de 1504 av. J.-C.
Cette reine fait bâtir de nombreux édifices, s’intéresse au commerce et aux sciences, et veut surtout maintenir la paix. Mais elle prend le titre de Pharaon vers 1497 av. J.-C., se fait représenter en homme, en Osiris barbu exerçant le culte d’Amon alors que c’est la fonction réservée au roi, Thoutmosis III.
Ce dernier commence son règne personnel vers 1783 av. J.-C., à la mort d’Hatshepsout. Thoutmosis III est un grand conquérant : c’est sous son règne que l’Égypte atteindra sa plus grande extension. Il mène au total dix-sept campagnes militaires et en rapporte de nombreuses richesses. C’est aussi un bâtisseur et un intellectuel : il crée dans le temple de Karnak un jardin botanique, véritable encyclopédie des espèces végétales.
C’est Aménophis II qui lui succède vers 1431 av. J.-C. Mais c’est le règne d’Aménophis III qui marque l’âge d’or de l’Égypte qui regorge d’or à son époque. À sa mort vers 1358 av. J.-C., Aménophis III est l’homme le plus riche du monde antique.
Mais le Nouvel Empire est aussi marqué par un pharaon étrange, Aménophis IV. Ce dernier effectue une véritable révolution religieuse : il tente de remplacer les innombrables dieux du panthéon égyptien par une divinité unique, Aton, le disque solaire. Il transfère même la capitale de Thèbes à Tell el-Amarna. Son épouse est très connue : il s’agit de Néfertiti. Ce monothéisme ne survit pas à la mort du pharaon, survenue vers 1341 av. J.-C. En outre, le pays est désorganisé.
Mais ce n’est pas pour autant la fin du Nouvel Empire. Le dernier roi de la XVIIIe dynastie est surtout célèbre pour les trésors qui furent découverts en 1922 dans son tombeau resté inviolé : c’est Toutankhamon. Mais ce pharaon n’a régné que neuf ans.
Le premier roi de la XIXe dynastie est Ramsès Ier. Son fils est Séthi Ier. Mais le souverain qui, incontestablement, a marqué cette dynastie, est Ramsès II. Après la mort de ce dernier vers 1212 av. J.-C., les autres rois qui vont lui succéder seront d’une envergure nettement moindre. Cependant, Ramsès III réussit à repousser l’invasion des peuples de la mer et celle des Libyens, et fait construire un certain nombre de bâtiments. Mais l’autorité de Pharaon s’affaiblit de plus en plus. Un complot – qui échoue – vise Ramsès IV, la corruption s’étend, les tombeaux sont pillés, la misère grandit et l’influence du clergé d’Amon ne cesse de croître. D’ailleurs, c’est ce qui va mener à la division de l’Égypte après la mort de Ramsès XI vers 1085 av. J.-C.
La troisième période intermédiaire commence alors. Un prêtre d’Amon, Hérihor, usurpe le pouvoir et règne sur la Haute-Égypte. En Basse-Égypte, Smendès fonde une nouvelle dynastie à Tanis. Les pharaons des deux dynasties ne cessent de s’affronter au cours de guerres civiles épuisantes pour l’Égypte. Ces troubles profitent aux Libyens dont les chefs vont devenir pharaons. Si les pharaons libyens, qui règnent de 950 à 730 av. J.-C. environ, parviennent à réunifier le pays, celui-ci éclate de nouveau à leur disparition. La dynastie suivante ne compte que deux pharaons.
Plusieurs dominations
Psammétique Ier, fils de Néchao Ier, lui-même installé comme prince de Memphis par les Assyriens, fonde la XXVIe dynastie. Il réunifie l’Égypte sous son règne qui dure de 663 à 609 av. J.-C. Memphis redevient capitale de l’empire. Lui succède Néchao II qui se rend maître de la Syrie et de la Palestine. Néchao II meurt vers 594 av. J.-C. Psammétique III est le dernier roi de la dynastie. Son règne est bref car il est tué par le roi des Perses, Cambyse II, vers 526 av. J.-C. : c’est la fin de l’indépendance de l’Égypte.
Le pays connaît d’abord la domination perse, caractérisée notamment par la répression des révoltes. La présence perse prend fin temporairement vers 404 av. J.-C., à la mort du roi Darius. C’est alors que règnent les dernières dynasties égyptiennes, de la XXVIIIe à la XXXe. Vers 341 av. J.-C., Artaxerxès III reconquiert l’Égypte qui repasse sous la domination perse. Cette dernière cesse avec la mort de Darius III vers 330 av. J.-C. Vient le temps de la domination grecque.
Le roi de Macédoine Alexandre le Grand a pénétré dans le pays du Nil l’année précédente. Lorsque Darius meurt, il se proclame successeur des Achéménides – les rois perses – et fait de l’Égypte une simple province de son gigantesque empire. La culture grecque s’introduit dans le pays. C’est à cette époque qu’est fondée la ville d’Alexandrie, dans le delta du Nil. À la mort d’Alexandre en 323 av. J.-C., l’empire est partagé entre ses généraux. L’un d’eux, Ptolémée, fils de Lagide, reçoit l’Égypte où il devient pharaon et fonde la dynastie des Lagides – la XXXIe.
Les débuts de la dynastie sont troublés par la guerre incessante que se livrent les diadoques, les successeurs d’Alexandre. En 281 av. J.-C. – c’est alors Ptolémée II qui règne –, les affrontements cessent et désormais, trois royaumes subsistent : la Macédoine, l’Asie Mineure et l’Égypte. Ptolémée III (246-221av. J.-C.) porte la puissance des Lagides à son apogée.
Ensuite, avec Ptolémée IV (221-205 av. J.-C.), une période de déclin s’ouvre. Des affrontements ont lieu entre les différents pharaons, ce qui affaiblit le pouvoir. Lorsque Ptolémée XII meurt en 51 av. J.-C., il laisse le trône à son fils Ptolémée XIII et à sa fille Cléopâtre VII.
Cette dernière doit faire face à l’expansion romaine. En 48 av. J.-C., César entre en vainqueur à Alexandrie. La reine use alors de ses charmes auprès du chef romain… qui la nomme reine d’Égypte. Le pays garde son indépendance. De l’union de César et Cléopâtre naît Césarion, en 47. En 44, après l’assassinat de César, le jeune enfant devient Ptolémée XV.
En 43, l’empire romain est partagé entre Lépide, Octave et Antoine. Ce dernier va gouverner l’Égypte. Il succombe lui aussi au charme de Cléopâtre. Mais il est défait à la bataille d’Actium en 31. Il tente en vain de rassembler une armée et finit par se suicider, croyant Cléopâtre morte.
En fait, celle-ci est encore vivante et voit son pays perdre définitivement son indépendance. Le 3 août 30 av. J.-C., Alexandrie est prise et l’Égypte devient une simple province romaine. Octave veut en finir avec les Lagides et fait assassiner Ptolémée XV-Césarion. Cléopâtre choisit alors de se donner la mort.
Cependant, la civilisation égyptienne reste encore vivace. En dépit des dominations grecque et romaine, la foi des Égyptiens reste intacte. Ce n’est qu’au IIIe siècle de notre ère qu’elle est véritablement menacée puisqu’à ce moment-là, le christianisme devient prépondérant dans l’empire romain. En 391, l’empereur Théodose décrète la fermeture des temples païens. Les prêtres égyptiens tentent bien de continuer leur culte de manière clandestine mais en vain. L’écriture hiéroglyphique, avec la fermeture des temples, cesse alors d’être comprise, car seuls les prêtres pouvaient la déchiffrer. La culture de l’Égypte des pharaons disparaît, les monuments vont disparaître sous le sable. Le temps de l’Égypte des pharaons est terminé.
Aller plus loin :
CLAYTON (P. A.), Chronique des pharaons. L’historie règne par règne des souverains et des dynasties de l’Égypte ancienne, traduction et adaptation F. Marvéjol, Paris, Casterman, 1995.
POSENER (G.), SAUNERON (S.) et YOYOTTE (J.), Dictionnaire de la civilisation égyptienne, Paris, Hazan, 1959.
« Les mystères de l’Égypte », in L’Histoire, juillet-août 1995, n° 190 (numéro spécial).
Le documentaire de La Cinquième, en cinq parties, intitulé « L’Égypte. Plongée au cœur de trois mille ans d’histoire », est passionnant. À voir absolument !
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s